Critiques de mes livres




Message privé sur FB : 
" Bonjour, ma fille de 6 ans et moi-même (à peine quelques années de plus !) venons de découvrir par hasard votre livre "Les étoiles de Miu" et nous tenions juste à vous témoignez de notre émerveillement, c'est l'un des plus beaux livres que nous avons vu depuis longtemps ! Une révélation pour nous ! Bravo et merci pour cette poésie ! Bonne continuation !"




IL ÉTAIT UNE FOIS… CONTES EN HAÏKU



Je me suis régalée avec ce petit livre regroupant vingt petit poèmes japonais appelés Haïku. Adapté à un public jeunesse, ce petit recueil vous fera voyager dans les confins de votre imaginaire.
Voici donc un petit recueil d’Haïkus destiné à la jeunesse, bien qu’il ne déplaira sûrement pas à un public plus adulte. Il est cependant parfaitement adapté à l’enfant. On va avoir un poème et en vis-à-vis l’illustration correspondant à celui-ci. Cela va permettre à l’enfant de mieux comprendre le petit texte et de se visualiser les choses. On peut d’ailleurs s’amuser à détailler ces petites images, en cherchant les éléments qui constituent les Haïkus. Voilà un tout petit avis pour un petit recueil super sympa. N’hésitez pas à vous le procurer, il vaut vraiment le coup d’œil !

La trilogie dans 




Voilà un petit album découvert par hasard à la médiathèque et que j’ai adoré : il faut dire que l’alliance fables de La Fontaine et haïkus avait tout pour me plaire. L’auteur s’est amusé à créer des haïkus inspirés des fables. En face chaque haïku on trouve une illustration qui nous aide à comprendre quelle fable se cache derrière le haïku qui n’a point de titre. Evidemment, on peut « tricher » et aller parcourir le sommaire pour identifier chaque fable. Les illustrations à l’aquarelle sont très colorées et se marient parfaitement avec les haïkus. C’est un vrai petit régal que de feuilleter cet album, je vous le conseille vivement. Bien sûr, mon esprit en mode   » prof non stop » a déjà une idée de séquence autour de cet ouvrage…mais je n’ai pas de 6° cette année…alors je l’ai proposé à mes collègues 🙂

Et vous, êtes-vous sous le charme comme moi ?

Meli melo de livres 

Auprès de La Fontaine... Fables en haïku


L'étang de Kaeru

Les étoiles de Miu : quand Agnès Domergue glisse du rêve dans le quotidien


Agnes Domergue, musicienne, auteur jeunesse et illustratrice, attrape dans ses filets la poésie de l'existence et la partager dans ses livres, d'une simplicité touchante. Avec l'album Les étoiles de Miu, elle offre au lecteur un regard tendre et magique sur le monde. 

Miu est une petite fille au joues roses qui vit avec son chat. Autour d'elle, des étoiles. Parfois à porté de main, parfois inaccessible. Nous suivons l'enfant dans des historiettes entre album et BD où le merveilleux et la surprise nous attendent toujours au détour d'une case ou d'une page. Je me suis laissé emporter par ces étoiles comme fil conducteur lumineux et j'ai eu encore envie de partir loin de la ville admirer le ciels nocturnes loin de la pollution humaine. 

Voici un livre simple qui s'adresse bien sûr aux enfants mais aussi à l'enfant que nous avons été et que certains d'entre nous cultive avec attention. Un livre pour réapprendre à rêver et repeupler le quotidien de merveilleux. Un livre pour accepter que parfois on est triste, pour laisser passer les émotions, savourer la joie, et la richesse de chaque instant.



J'ai adoré la spontanéité du récit, son enthousiasme, sa simplicité de forme avec un dessin épuré et la profondeur de la vie qui se tisse, en arrière plan. Le choix d'un papier à aquarelle épais met en valeur les illustrations ; surtout, cela donne dans la main une sensation de plein, de lourdeur concrète qui contraste avec la dimension quasi-philosophique du récit. Les étoiles de Miu, suspendu entre rêve et réalité, terre et ciel, apporte une bouffée de fraicheur, invite à la contemplation et aussi, à vivre, tout simplement.

Ce livre n'est plus disponible chez l'éditeur, vous pouvez cependant vous le procurer directement au près de l'auteur (ce que j'ai fait) via son blog : https://agdoalto.blogspot.fr (il y a un formulaire de contact dans le colonne de droite). 
Agnès Domergue a également collaboré avec Cécile Hudrisier pour une série surprenante de trois album en haiku : conte, mythe grec et fable de la fontaine. 
Critiques à lire ici : 

Des livres qui bousculent les codes littéraires
Mais non seulement le « bon » livre bouscule les formes établies, mais il bouscule aussi les codes littéraires. Le bon livre est celui qui nous invite à une autre forme de lecture en se jouant des codes littéraire, il mêle les genres pour réinventer des formes nouvelles, originales et belles.  Dans Il était une fois : contes en haïkus, Agnés Domergue et  Cécile Hudrisier ont travaillé à faire émerger la quintessence des textes fondateurs que sont les contes classiques. En 3 vers et une goutte d’eau, les artistes ont créé un genre nouveau, surprenant, qui invite à la création.
contes en haïkus

Livresse
La mythologie grecque fascine les jeunes et les moins jeunes et inspire auteurs et illustrateurs. Ce petit livre propose une version poétique et émotionnelle des histoires d’Ulysse, Jason ou encore Achille. En quelque vingt haïku, poèmes brefs d’origine japonaise, l’auteure évoque un taureau prêt à en découdre, l’attente de Pénélope, la chaleur de l’astre solaire…
Inattendue et élégante, cette rencontre entre l’art japonais et les aventures des dieux de l’Olympe et de leurs héros, est une belle réussite qui se métamorphose en un jeu littéraire ludique. À quel mythe cet instant furtif, décrit en trois vers, fait-il allusion ?
Les illustrations condensées et délicates donnent une version imagée de cette rhétorique du pays du soleil levant. Là aussi, il faut deviner. Parfois, un détail visuel (un cheval, une couleur) va faire mouche, parfois un mot (bateau, yeux).
Et quand on ne trouve pas ? Pas de panique, les solutions se trouvent à la fin du livre.

Raconter les plus grands héros, monstres et personnages célèbres des mythes de la Grèce antique en 17 syllabes, en voilà un défi impressionnant, qui est relevé ici avec talent par Agnès Domergue à la plume et Cécile Hudrisier au dessin, de Pandore à Orphée en passant par Pénélope et Atlas.
Deux sujets de prédilection sont concentrés dans ce livre, qui avait donc tout pour m’attirer ; le haïku, forme poétique japonaise que j’affectionne particulièrement pour sa capacité à condenser puissamment tout un univers en si peu de mots (je vous conseille au passage un recueil de Madoka Mayuzumi, Haïkus du temps présent) et les mythes grecs, qui ont tant su me fasciner dès mon enfance. L’idée d’en présenter vingt dans cette forme poétique si courte m’a interpellée. Comment cela serait-il donc possible ?
Construit comme un tableau avec le poème en page de gauche et l’illustration en page de droite, l’auteur et l’illustrateur viennent en écho l’une de l’autre pour transmettre une même fragrance onirique, qui en appelle à l’imaginaire et invite à se pencher sur les mots, sur les dessins, qui laissent deviner mais ne disent pas tout. Vous l’aurez compris, il s’agit ici de s’amuser à trouver, de déguster sur chaque double page le mythe qui s’offre à nous en quelques mots, nimbé d’une aura de mystère.
Si ce sont les haïkus qui m’ont d’abord attirée davantage que l’idée de l’illustration, je dois reconnaître qu’ils se marient formidablement bien et permettent un ensemble aéré, qui pose le regard et lui permet de se concentrer, d’apprécier page après page les nuances de la palette de l’illustratrice et la délicatesse de son traitCréative et ingénieuse, aucun de ses dessins ne ressemblent à l’autre et chacun vient avec raffinement et subtilité révéler l’essence du mythe en question. Tout comme Agnès Domergueréussit la prouesse d’haïkus aussi beaux qu’intelligents. 
Vous avez peur de devoir donner votre langue au chat ? Rassurez-vous, un lexique tout à la fin vous soufflera la réponse si elle vous échappe.
Ma première pensée, une fois l’ouvrage refermé, est de me dire que c’est un outil formidable de partage, d’échange et de création. On pourra soi-même avoir envie de mettre en 17 syllabes d’autres mythes grecs, romains, mésopotamiens et autres.
Mais pourquoi pas aussi des événements de l’Histoire ? Et bien d’autres encore. Les enseignants pourront se servir de ce livre comme base de travail multiple et créer des ateliers d’écriture, de dessin, qui viendront stimuler l’enfant (on pourrait diviser une classe en groupes et après leur avoir exposé quelques mythes, l’un des groupes tentera de les mettre en haïku tandis que l’autre les dessinera. Chaque groupe devra ensuite réussir à associer le bon texte avec la bonne illustration). Vous voyez ? Immédiatement, ce livre inspire et donne plein d’idées !
Pouvant tout aussi bien s’adresser à des enfants qui sont déjà initiés à la mythologie comme aux plus novices, Autrefois l’Olympe est un petit trésor de lecture à placer précieusement dans sa bibliothèque. Son parcours est l’occasion d’introduire, d’approfondir les connaissances tant sur la mythologie que sur la forme poétique du haïku et de les sensibiliser à cet art.



Opalivre 








Para bien o para mal, en la literatura infantil impera una suerte de estilo internacional, con ciertas características que pueden encontrarse en obras que pertenecen a lenguas y tradiciones diferentes, al menos dentro de Occidente. Incluso existen coincidencias en la manera en que los géneros infantiles se renuevan en distintas tradiciones literarias.  
En los últimos años la poesía infantil en lengua española se ha caracterizado por el consabido choque entre tradición y modernidad, entre un deseo de renovar el género y otro de ser continuista con el fin de no perder lectores. En esta pugna lógica, podemos encontrar algunas tendencias muy fáciles de reconocer. Por un lado, hay cierto deseo de usar nuevas estrofas y de huir de los moldes de la lírica popular mediante el verso libre o la incorporación de moldes de otras tradiciones, como el haiku japonés. Y, por otro lado, se da una tendencia bastante acusada a realizar relecturas de temas tradicionales y textos clásicos, como los cuentos, los mitos o las fábulas. Ambas tendencias, de las que hay sobradas muestras tanto en español como en otras lenguas (el libro de Dahl Cuentos en verso para niños perversos es fundacional y muy influyente a este respecto), confluyen en estos tres libros escritos por Agnes Domergue e ilustrados por Cécile Hudrisier, en los que se lleva a cabo una relectura en formato de haiku de tres fuentes tradicionales muy ligadas a la literatura infantil: los cuentos de hadas, los mitos y las fábulas de La Fontaine. 
Los tres volúmenes constituyen sin duda un tríptico poético postmoderno (en el sentido de revisitar mediante formas nuevas – en occidente, claro está – textos muy viejos y conocidos) dotado de gran unidad. Que tengan una misma autora y una misma ilustradora ya es esencial para ello, pero, además, se pueden leer como una serie porque están publicados por la misma editorial y con el mismo formato.
Se trata de libros de pequeño formato pero de tapa dura. Tanto la cubierta como la contracubierta son blancas. En la parte superior derecha de la cubierta vemos el título del libro con el subtítulo aclaratorio correspondiente (… en haïku) en la misma tipografía, si bien cambia el color, para dotar de individualidad a cada volumen. En esa misma tipografía y color, pero más pequeños, están los nombres de las autoras, más abajo, y la parte central la ocupa una ilustración que refleja algunas de las del interior del libro. El lomo, en todos los casos, es de tela y de color, en cada caso distinto. La contracubierta incluye uno de los haikus y un texto sintético y aclaratorio de lo que  podemos encontrar dentro, que siempre empieza de manera similar, haciendo referencia a la dificultad de condensar en tres líneas toda una narración (Vouloir raconter un conte en trois lignes, c’est essayer de mettre un kilo d’oranges dans une toute petite fiole!, en el caso de los cuentos; Vouloir raconter les Fables de La Fontaine en trois lignes, c’est tenter entrer veau, vache et cochon dnas un ridicule pot au lait, en el de las fábulas; y Vouloir raconter la mythologie grecque en trois lignes, c’est essayer de mettre un kilo de pommes d’or dans une minuscule fiole, en el de los mitos).    
El interior revela asimismo una gran coherencia entre los libros. Los haikus aparecen siempre en la página impar, en letras blancas y sobre un fondo de color poco saturado que combina con los tonos usados en la ilustración, la cual siempre aparece sobre fondo blanco. Como otros libros de haikus ilustrados, en este caso la ilustración es en general un acierto porque en ella se ve la misma concentración que en la composición poética. No se elige, por tanto, realizar una ilustración más amplificadora o que invada la página en blanco, sino una imagen tan concentrada (y centrada en la página) como el propio haiku, a modo de poema visual. Además, el fondo de color no saturado de la página impar combina a la perfección con la técnica usada, la acuarela, que ofrece tonos menos intensos que otras opciones. 
Las composiciones son necesariamente elípticas y, por lo tanto, altamente evocadoras y centradas en el detalle. Cuando el haiku intenta condensar una narración más larga, aunque no lo sea tanto como una novela, siempre se debe optar por una sintaxis sincopada y enumerativa. Los tres versos y el número limitado de sílabas obligan con frecuencia a la eliminación de nexos, por ejemplo, y a la yuxtaposición, así como a eliminar detalles que se supone el lector conoce porque ya está familiarizado con el cuento, el mito o la fábula. De esta forma, los haikus se encienden como fogonazos imaginarios, o como pinceladas o trazos minimalistas, en medio del silencio, para evocarnos, más que contarnos, la historia que pretenden reescribir.
       Por todo ello, estos tres libros, sin duda difíciles de traducir al español pero no de replicar en nuestra lengua, constituyen, además de una bella muestra de libro infantil y de libro objeto, una buena herramienta de educación literaria, así como un buen instrumento para desarrollar la expresión escrita y la creatividad en jóvenes y no tan jóvenes lectores. Nos hace ver, entre otras cosas, que los clásicos son textos extremadamente maleables y adaptables y que siguen relecturas – textuales y visuales – infinitas.

























Coups de coeur du mois de Mars chez Librairie Attrape-nuage 














Le panda Lecteur 









Babelio 


Julie lit 



Blog-O-Noisettes


Le panda Lecteur 


Babelio 



Maman baobab 


A l'ombre du saule 



Virginie bloguiblogas

Le Panda lecteur








Librairie Sorcières (Librairie Tirelire)






































Le Donjon Scratien


The french book lover


























BBB's mum nous parle de 
La Symphonie des couleurs 







Photo : Simon Roguet










































Charabia & Chaballo 
chez Livres et merveilles au pays de Ly Lan

Miu coup de coeur ♥
à la librairie Esprit nomade

Charabia & Chaballo 

Miu coup de coeur 
chez Maman baobab ♥


Mee coup de coeur ♥






Dans la gazette de Thierry Magnier



















Il était une fois...
Il était une fois... 








Il était une fois... 

Il était une fois... 



Il était une fois... 

La symphonie des couleurs 
sur le blog de Philomèle 

Il était une fois...
chez Kik 



Il était une fois... 
dans le magasine Le Monde 


Il était une fois... 
sélectionné par Ricochet 


Il était une fois... 
sur le blog DADA


Il était une fois... 
sur le blog Asia-Tik


Il était une fois... 
sélectionné chez la librairie Le passage à Alençon


Il était une fois... 
coup de coeur chez le jardin des marguerites


Il était une fois...
chez Maria Jalibert



Il était une fois... 
chez le Phénix

Il était une fois... 

Il était une fois... 
coup de coeur chez librairie Le Failler (Rennes) 

Il était une fois... 


Il était une fois... 

Il était une fois... 




Il était une fois
sur le blog de la médiathèque de Bézons



Il était une fois 


Il était une fois 
(merci Carole, blog 3 étoiles ) 

Il était une fois 
coup de coeur chez Librairie Durance 


Il était une fois... 


Il était une fois 
coup de coeur chez 3 étoiles 


Il était une fois... 
coup de coeur chez Le chat qui pelote


Il était une fois... 


Il était une fois... 


Il était une fois...

Il était une fois... 
Il était une fois 



Il était une fois... 

Il était une fois 
coup de coeur à la fnac 


Il était une fois... 
coup de coeur chez Enfantipage (Anne Loyer)


Il était une fois... 
coup de coeur chez la librairie Les enfants sur le toit 


Il était une fois... 
coup de coeur chez Histoires sans fin (par Fanny robin) 



Il était une fois... 


Il était une fois... contes en haïku 



Un ♥ pour Miu sur biblioteca.fr





Les 3 étoiles ☆☆☆ (de Miu


Le blog de la marmite présente Miu 







L'avis de Morgan Camus, "De papier de soie, d'encre de chine..." pour les Etoiles de Miu

La magie opère tout de suite dans les illustrations d’Agnès Domergue où Miu ne se sépare jamais de sa jolie étoile, symbole de son aptitude à s’évader et à se construire en douceur et en harmonie. C’est un peu comme si la petite fille représentait toutes les possibilités infinies d’un ciel étoilé, autant de qualités indispensables pour s’épanouir. Son petit chat l’accompagne en permanence, heureux compagnon qui ronronne. Parfois, un petit garçon que l’on soupçonne d’être l’ami de Miu, vient les rejoindre pour partager des moments privilégiés. 

Agnès Domergue a un trait gracieux et elle distille de belles couleurs à l’aquarelle ou au crayon pour garder cette légèreté dont est empreint tout l’album. Sa mise en page change en permanence, intensifiant les instants divers et variés représentés et rythmant allégrement l’album. Son talent réside en partie dans son aptitude à garder une belle sobriété dans une grande possibilité d’évasion imaginaire qui enveloppe chaque planche. Quelques détails et pourtant, quelle richesse dans la capacité de donner et de recevoir ! 

Et "étoile" sur le gâteau, une couverture peau de pêche qui annonce toute la tendresse dont regorge ce bel album, un papier écologique au grain épais qui met en valeur le travail délicat et rayonnant d’Agnès Domergue, sans oublier qu’elle a dédicacé ce livre à Sandrine Kao, illustratrice talentueuse. 
Pour s’imaginer, s’émerveiller et garder une âme ouverte sur toutes les portes qui mènent aux rêves constructifs. 

Sublime et indispensable !


Sur Amazon pour Les étoiles de Miu


L'AVIS DE RICOCHET Pour Les notes de Monsieur Croche

Parce qu’il ne supporte pas le moindre bruit, Hector Croche capture les sons. Tous les jours, il attrape des notes et les classe dans des bocaux : les noires avec les noires, les blanches ensemble et les croches un peu plus loin. Quelques étages au-dessus de Monsieur Croche, le petit Rémi emménage. Bien vite, il ne tarde pas à jouer de son instrument : un bel alto à la musique chantante. Et voilà que l’âme d’Hector se met à vibrer. 


Dans cette histoire pleine de poésie, la musique est mise à l’honneur. Les mots chantent et le livre semble s’entendre au fil des pages. Aussi, les illustrations, pleines de détails, participent à faire naître la poésie et l’émotion chez le lecteur. Quant aux personnages, forts attachants tous les deux, ils sont touchants et donnent envie de continuer à être côtoyés. Tout en faisant découvrir un instrument souvent méconnu des plus jeunes, cet album incite à savourer chaque note de la vie quotidienne et à rêver en poésie. Un joli moment de lecture qui donne envie d’écouter plus souvent les gouttes d’eau qui tombent du ciel.





Trouvé sur le site d'ANALEKTA
un bel article pour Les notes de Monsieur Croche (illustré par Sandrine Kao
qui nous vient du CANADA ! 

La symphonie des couleurs

Coup de coeur pour La symphonie des couleurs 


Un album coup de cœur que les plus petits auront plaisir à découvrir : La Symphonie des couleurs. Ce plaisant album met en scène avec fraîcheur le monde de la musique, des couleurs et de la ville. Illustrations de qualité ressemblant à des tableaux et vocabulaire soigné sont ici combinés pour nous offrir un ouvrage hors du commun, accessible aux jeunes enfants. Le récit peut servir de support à une discussion intéressante autour de la musique : les dernières pages étant consacrées à Mozart, ou peut être un outil formidable d’acquisition de vocabulaire. Un recueil pédagogique à feuilleter sans modération !






Olala ! présenté dans l'émission Les maternelles (France 5)
sur le thème de l'opposition, l'âge difficile. 






que vous pourrez lire chez la Mare aux mots.





(Parution dans le Bulletin municipal officiel d'Anthony) 






Critiques : "Mee, petite fille du matin calme"



"Il y a des albums qui sont de 

pures merveilles, Mee, petite fille du matin calme en 

fait partie. Le texte de Marie-France Chevron est très 

poétique, très doux plein de belles métaphores. Mee 

est guidée par un arbre, se pose sur une fleur de coton 

ou voyage dans une bulle. Mais surtout les illustrations 

d’Agnès Domergue sont tout simplement à tomber ! 

Sa Mee est magnifique, craquante, touchante. Chaque 

page émerveille, chaque dessin est un pur bijou. Pour 

ce livre, Limonade a choisi un très beau papier qui met 

bien en valeur les illustrations, c’est un livre qu’on 

caresse. Le genre de livres qu’on a envie de rouvrir 

régulièrement juste pour admirer les dessins. "

Gabriel. 



"(...) Mee, Petite fille du matin calme est un album magnifique qui traite d'un thème difficile et délicat : celui de l'adoption. Le texte de Marie-France Chevron est beau par sa simplicité. Les mots sont poésie, doux, sobres, choisis avec le coeur. Il émane de cet album une grande sensibilité, riche de métaphores (...). Les illustrations sont en complète harmonie avec le texte : des tons pastels, un voile de délicatesse et une infinie tendresse. Une belle découverte...un coup de coeur ♥."
Lael.


"Mee, petite coréenne dont le nom signifie beauté, est orpheline. De sa naissance à son adoption, nous la voyons avancer vers la vie. Chaque étape correspond à un des caractéristiques souhaitées ou rêvées de ses parents adoptifs (...). 

Les dessins aux teintes pastel, bambous et de fleurs de cerisiers, construisent un univers japonisant délicat, tout en douceur. Sans tomber dans la fadeur, textes et images positivent l’adoption et l’attente, en esquivant les difficultés vécues par l’enfant ou ses parents, si bien que ce livre, qui souhaite aider à grandir et comprendre, tend vers la légende dorée, un peu trop belle pour être vraie."
Danielle Bertrand.

"(...) Agnès Domergue, possède un très bel univers...voilà un autre ouvrage qu'elle a illustré aux éditions Limonade. Peut-être mon préféré...Mee, petite fille du matin calmeDès le titre, nous sommes envoûtés!  Une histoire d'adoption merveilleusement contée par Marie-France Chevron. C'est une histoire intime et remplie de tendresse. Une ode à la nature...(...) Agnès Domergue, l'illustratrice, nous dessine à l'aquarelle, une petite Mee pleine d'espoir...des couleurs tendres, sensibles., toutes douces..j'ai adoré la poésie qui s'en dégage...c'est tout simplement beau et délicat... Voilà un magnifique livre à partager..."



"Magnifique album, tant dans le texte que par l’illustration, sur l’adoption vue du côté du ressenti de l’enfant. Mee (= beauté en coréen) est entraînée au gré du vent et des nuages vers une promesse de parents qui l’attendent. On la sent, par le texte et l’illustration, ballottée comme une enfant sans racines qui espère aller vers quelque chose de tendre et de fort. Elle est représentée par l’illustratrice comme une petite fille, mais cette impression « d’être ballottée » convient tout autant à ce que pourrait ressentir un bébé. L’accueil final est de toute beauté. Grande poésie et douceur des mots et des dessins pastels. Coup de cœur !♥ "



"Marie France Chevron et Agnès Domergue ont su conter et mettre en images une histoire sur l'adoption pleine de tendresse et de poésie. Personnellement , je ne sais pas ce que je préfère le texte ou les dessins, mais ce livre est plein d'amour,de mots justes et doux, telles des plumes virevoltant au gré d'une bise légère et qui viennent délicatement se poser au creux de vos mains...
Agnès Domergue a su illustrer toute la douceur et l'émotion des mots...
A mettre entre toutes les mains, il n'y aurait pas de plus belle façon de parler de l'adoption !"
(Catherine Garcia)


"(...) Un superbe album tout en douceur et poésie sur le thème de l'adoption."

"Ce petit album, plein de délicatesse, conte le voyage initiatique de Mee à la recherche d’un cocon familial. Nous sommes séduites par la grande harmonie entre le texte et les images parfaitement adaptée au thème sensible de l’adoption. Les illustrations tout en finesse et légèreté, dans les tons pastels, guident et protègent la petite Mee au fil des doubles pages. Le texte, comme une épure, évoque de manière métaphorique et poétique l’idée force de l’adoption. Le format intimiste, le choix d’un papier bis, le jeu entre les couleurs de la typographie du texte et les illustrations mettent parfaitement en valeur le travail des deux auteures. Ce choix éditorial aboutit à un ouvrage de grande qualité qui fera le bonheur des enfants dès sept ans."

"(...) Une très jolie fable intemporelle et universelle sur l'adoption."

"(...) A elles deux, elles content avec une infinie tendresse une histoire d’adoption intime et universelle. Avec des mots doux, des mots simples, la poésie est libérée à chaque page, à chaque image, pour conférer à ce petit album un charme envoûtant et sensible."
Anne Loyer.

"(...) Ainsi, Marie-France Chevron prépare et rassure cette enfant qui ne connaît rien de sa future famille (...). Elle exprime d’une trés jolie manière ce moment clé fait d’espérance et de bonheur, juste avant l’union qui permettra à plusieurs êtres de se sentir comblés. Agnès Domergue fait un portrait émouvant de Mee, à la fois fragile dans cette découverte de l’inconnu et invulnérable dans sa foi. Avec une jolie palette à l’aquarelle, elle enveloppe cette petite fille de teintes douces et rassurantes (...). Ses traits sont délicats et la rondeur de son visage rappellent parfaitement un enfant pur et confiant. Elle la fait évoluer dans un univers onirique et aérien (...). Un trés bel album, à l’accent hautement poétique (...) Un grand bravo !"
Morgan.

"Un joli bijou très asiatique avec Agnès aux pinceaux et Marie-France à la plume... Un livre au rendu japonisant, papier finement grainé couleur ivoire, aquarelles délicates, mots précieux..."
(Murat Cantal) 

"(...)Je ne sais pas qui est à l'initiative du livre mais c'est un livre magnifique qui nous montre une petite fille et un univers plein de tendresse. Le texte de Marie-France Chevron et les illustrations d'Agnès Domergue s'accompagnent à merveille. Le texte est mélodieux, sans nul doute un clin d'oeil à Agnès et à son "autre" passion? (...) Il y a parfois des livres qui ne se décrivent pas, qui ne se racontent pas tant il est difficile de partager leur univers et tout ce qu'on y trouve en les ouvrant. (...)."
Stéphanie.

"Un adorable petit livre sur l'adoption, mais tout est dit en poésie, en sous-entendu..."

Sur Amazon, deux commentaires clients ✭✭✭✭✭ :

        (Amazon)

♥♥♥Album coup de coeur de l'été 2011 à la médiathèque de Pont-à-Mousson. 

♥♥♥Album coup de coeur sur Jura lecture :
"Un superbe petit album d’une extrême douceur et délicatesse : dans le choix des mots, petits papillons de questionnements au fil des éléments naturels rencontrés lors du voyage ; dans les illustrations subtiles aux teintes pastel, clin d’œil à la sobriété de l’ univers graphique japonais ; enfin dans le grain du papier, en fin quadrillé légérement irisé."

"Les douces illustrations, en aquarelles sur un très beau et fin papier grainé font de ce livre un véritable petit bijou de délicatesse, une histoire précieuse.
J'ai eu un vrai coup de coeur pour ce bel album paru aux éditions 
Limonade !"♥

"Un album petit format au texte poétique et aux illustrations tout en douceur pour parler de l'adoption vue côté enfant, en termes simples et rassurants.
Un parcours jonché de questionnements pour comprendre ce qu'est un parent."
(Grim' livres)


"Les dessins d'Agnès Domergue sont aussi délicats et élégants que le texte de Marie-France Chevron. Mee est un album poétique qui se déroule au fil des pages comme un ruban de soie."
(Le cabas de ZA)

et au Moulin des lettres, à Epinal : 



Presse: http://www.editions-benevent.com/presse/9782756313290_1985.pdf


Ce magnifique album traite avec beaucoup de poésie le thème de l’adoption. Il émane des mots et des illustrations énormément de douceur, de sensibilité et une infinie tendresse.
(Coup de coeur de Bibliothèque départementale de la Manche) 




Critiques : Poki, lire? :

Nicole Snitselaar diffuse un message encourageant pour tous les petits qui ne sont pas encore lecteurs.
Quant à Agnès Domergue, elle nous offre de tendres illustrations aux tons pastels, qui fourmillent de jolis petits détails. (Au royaume des livres)




Les illustrations sont très belles, mais pas exceptionnelles par contre. Elles habillent plus l'histoire qu'elles n'en font partie.  Par contre, les personnages qui rappellent les peluches sont magnifiques et leurs coloris rendent ce livre confortable comme une doudou!  Ça donne l'impression que la lecture est comme ça, toute douce.  Un petit bijou!
(Les lectures de Prosperyne) 


Sélectionné pour 1 jeune=1 livre de la SNCF Nord Pas de Calais, pour les bibliothèques des cheminots

Critique par Ciao 

Du coté des illustrations

De tendres illustrations, très douce, finement dessinée.

Une jolie couverture où l'on voit Poki allongé tenant sa tête avec ses bras devant un livre. Il n'a pas l'air très interessé ... on dirait même qu'il dort ...